Août 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Le frelon asiatique est bien toujours bien présent en Seine et Marne et en recrudescence sur les ruchers par rapport à l’année précédente. Cependant on note peu d'attaques massives sauf sur des ruches faibles et les petits ruchers. Il est à présent signalé dans le nord et l'est du département du département (La Ferté Sous Jouarre).

Le frelon Crabro est davantage présent surtout durant l’été. Il a tendance à adopter le même comportement que le frelon asiatique. Dès mi-septembre on ne l’observe plus alors que le frelon asiatique est toujours actif. Face au frelon Crabo, les abeilles sont moins passives et essaient de s’organiser pour se défendre.

Un apiculteur nous signale avoir laissé pousser les hautes herbes a proximité immédiate des ruches ainsi immergées dans la végétation, rendant ainsi les ruches et les abeilles moins accessibles aux frelons qui préfèrent chasser sur la marjolaine fréquentée par beaucoup d’insectes dont les abeilles.

 

Bilan GDSA (par G BERNHEIM, secrétaire)

Sur le 77 le GDSA a procédé à l’éradication de 45 nids à ce jour. Les nids au mois de juin étaient presque tous dans des haies de la taille d’un ballon de basket et donc particulièrement dangereux. 7 personnes sont à ma connaissance partis aux urgences suite à des piqures aux abords des nids.

Nous avons travaillé au Paint-Ball pour les nids en hauteur cela permet un gain de temps appréciable avec un minimum de risque (10mn au paint-Ball, 1h avec la perche).

Un de nos membres (Olivier DNF) s’est installé à son compte et a procédé lui aussi à l’enlèvement des nids je pense pouvoir dire 70 nids.

L’an dernier nous avions fait 27 nids pour toute la saison, cette année le GDSA va détruire  au minimum 60 nids, ceux-ci deviennent plus visibles en ce moment et les signalements s’accélèrent.

Je suis inquiet des risques pour les personnes qui me semblent sous-estimés. Des personnes piquées deux ou trois fois réagissent très mal et lorsqu’ils pensent que ce n’est pas grave et rentrent chez eux, cela se termine aux urgences le lendemain. Nous établissons un périmètre de sécurité autour des nids, lors des interventions, de 10m ce qui s’avère insuffisant. Les frelons quittant le nid avec de la perméthrine continuent à voler et une personne située à 20m du nid a été piqué une seule fois, il a été transporté aux urgences où il est resté 48h.  l’hôpital a pronostiqué une réaction au mélange de venin et de perméthrine.

Les cueilleurs d'essaims

 

Image1

 

Connexion